Historique 2000

19 juillet 2000 : Evian – Lausanne
Le sprint des deux Erik, Dekker bat Zabel

Parcours : Evian – Saint-Gingolph – Aigle – col des Mosses – Bulle – Vevey – Lausanne (arrivée sur l’avenue de Rhodanie, proche de la piscine de Bellerive) 155km

Classement : 1. Erik Dekker (PB) 3h24’53’’. 2. Erik Zabel (All) m.t. 3. Fred Rodriguez (EU) m.t.

Comme en 1978, c’est à la sortie des Alpes et à quatre jours de l’arrivée à Paris que le Tour de France fait de nouveau étape à Lausanne le 19 juillet 2000. A l’inverse de 1978, la situation est très claire au classement général au moment de venir sur sol suisse. L’avance de Lance Armstrong sur Jan Ullrich dépasse les 5 minutes et on se dit que le Tour est déjà joué. L’étape de Lausanne peut être propice à des baroudeurs, encore que, le parcours étant dénué de grosses difficultés et l’arrivée étant jugée sur l’avenue de Rhodanie, on se dit que les sprinters vont pouvoir se régaler.

Il y a bien eu des mouvements de course dans le col des Mosses, puis dans la traversée de la Gruyère mais une fois arrivé sur le bord du lac entre Vevey et Lausanne, les équipes de Lance Armstrong (maillot jaune) et Erik Zabel (maillot vert) conjuguent leurs efforts pour condamner toute échappée. Dans les rues de Lausanne (av. Provence, av. Tivoli, rue Centrale, rue César Roux, av. Mon Repos, av. Jurigoz, av. Denantou, quai d’Ouchy), une fois la ligne d’arrivée franchie une première fois, la course est difficile à contrôler. A 3km de l’arrivée, Mario Aerts s’échappe en compagnie d’Erik Dekker. Le peloton chasse sans pouvoir empêcher le Hollandais de conserver une longueur d’avance pour s’imposer devant Erik Zabel.

Le lendemain, le peloton repart d’Ouchy pour monter jusqu’au Chalet à Gobet pour s’en aller, par la vallée de la Broye, jusqu’à Fribourg en Brisgau. Trois jours plus tard, Lance Armstrong remporte le deuxième de ses sept Tours de France. Mais son nom ne figure plus au palmarès de l’épreuve – et aucune de ses victoires n’a été attribuée à un autre coureur – depuis ses aveux sur l’usage de produits dopants durant toutes ces années.

Bernard Morel