Historique 1978

19 juillet 1978 : Morzine – Lausanne
Gerrie Knetemann était le plus fort

Parcours : Morzine – col du Corbier – Pas de Morgins – Monthey – Montreux – Châtel Saint-Denis – Chexbres – Lutry – Lausanne (avenue de la Gare) 137,5km

Classement : 1. Gerrie Knetemann (PB) 3h36’52’’. 2. Joseph Bruyère (Be) à 13’’. 3. Paul Wellens (Be) à 14’’.

Le 19 juillet 1978, le Tour de France fait son retour à Lausanne, 26 ans après sa dernière venue. Cette fois, c’est sur le haut de l’avenue de la Gare que la ligne d’arrivée a été tracée. Cette étape, courte, survient à la sortie des Alpes, à quatre jours de l’arrivée à Paris. Suite au déclassement de Michel Pollentier à l’Alpe d’Huez – il a été pris en flagrant délit de tricherie lors du contrôle antidopage après l’étape qu’il venait de gagner – c’est Joop Zoetemelk qui est en jaune avec 14’’ petites secondes d’avance sur Bernard Hinault.

Sur les routes entre la Haute Savoie et Lausanne, Hinault avait envie de faire bouger les choses, mais le mauvais temps qui règne ce jour-là va l’inciter à une certaine prudence. C’est donc une course sans grand mouvement qui se déroule jusqu’à une vingtaine de kilomètres de l’arrivée. Dans les vignes du Lavaux, un groupe de sept coureurs se détache et entre dans Lausanne par le quai d’Ouchy. Le circuit final (av. d’Ouchy, av. de la Gare, av. Jurigoz, av. du Denantou, quai d’Ouchy) est à parcourir à trois reprises. Coureur puissant, à la fois excellent rouleur et très bon sprinter, Gerrie Knetemann a su attendre le bon moment pour démarrer au début de l’ultime montée de l’avenue d’Ouchy et s’imposer avec une poignée de secondes d’avance sur ses poursuivants devant une foule très nombreuse.

Le lendemain, c’est du Centre commercial de Crissier que le peloton du Tour s’élance pour rejoindre Belfort, via Vallorbe et Pontarlier. Ce n’est que le jour suivant que la décision interviendra entre Zoetemelk et Hinault. Lors du contre-la-montre entre Metz et Nancy, le Breton affiche une nette supériorité face au Batave et remporte ainsi, à 24 ans, le premier de ses cinq Tours de France.

Bernard Morel